[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet] [Motivations]
[]
[Union européenne]
[Fédéral belge]
[]
[]

20/08/2015

LA VRAIE DEMOCRATIE NE DEVRAIT JAMAIS ETRE LA MAINMISE DE GROUPES PUISSANTS ET ORGANISES, POLITIQUES ET FINANCIERS, TROP SOUVENT SECTAIRES, AUX DEPENS DE TANT DE CITOYENS  IGNORES ET BERNES.


QUE SOUHAITONS NOUS ?

- Des politiques, des services publics et l'argent, enfin au service exclusif des gens aux moindres coûts, et non, l’inverse qui nous accable,

- Une modification profonde et l'uniformisation des règles de toutes les élections, circonscription unique, ordre des candidats tiré au sort sur des listes sans case de tête, interdiction de cumul,

- Des pouvoirs publics qui privilégient le travail, les droits uniquement après l'accomplissement des devoirs,

- Des décisions prises exclusivement à bulletins secrets par nos mandataires, et plus par des chefs de groupe,

- Le retour à l’étalon monnaie / or en garantie dont l’abandon est à l’origine des dettes abyssales des états depuis plus de 40 ans, et la mise hors service des coupures de 100, 200, et 500 euros,

- La globalisation de tous les revenus avant le calcul de l'impôt, un rééchelonnement plus favorable aux humbles des tranches d’imposition, la répartition sur la feuille d'impôts des affectations, U.E., pouvoir national, régional et communal,

- Des moyens accrus consacrés à la répression avec la même fermeté de toutes les fraudes et infractions, et des sanctions à la juste mesure des enrichissements sans cause engendrés et des renoncements personnels qu’elles imposent,

- Un enseignement public disposant des programmes et moyens, adaptés aux besoins de demain,

- Une Justice mieux financée, enfin libérée de ses entraves politiques, financières et philosophiques qui la rendent  lente, inéquitable, à la limite de celle déplorée dans les républiques bananières.


N’est-ce pas une conception de l’organisation de la société que beaucoup d'honnêtes gens peuvent partager partout dans le monde ?


C'est pourtant l'inverse que nous subissons et qui appauvrit, nous et surtout nos descendants


Les citoyens rétribuent tous les tenants des pouvoirs, et cela leur donne le droit de choisir les candidats individuellement en fonction des mesures préconisées, et non, sous le couvert de partis prêts à tous les compromis, à tous les reniements, pourvu que les élus de leur choix soient aux pouvoirs, pour y imposer leur politique, sans trop d'égard pour les promesses faites.


Les laborieux marchandages discrets faits de reniements, de reptations, d’évictions, en vue du partage des leviers des pouvoirs, confirment que les élections telles qu'elles sont pratiquées, ne servent qu'à donner le change, à laisser croire que les électeurs ont pu choisir en connaissance de cause des politiques qui leur ont été clairement définies et à  les culpabiliser, dès lors que les votants auraient la politique et les politiques qu'ils méritent ...

 

La "particratie", qu'on retrouve trop souvent incriminée dans le fonctionnement des institutions et pouvoirs publics, de la Justice, des intercommunales, des services de médiation et dans l’attribution de marchés publics, poursuit ses méfaits aux dépens des citoyens, surtout des plus humbles, des plus faibles. 


Espérer que des progrès réels, équitables, durables, pourraient jaillir de simples remplacements de quelques personnages, restera un leurre pour des naïfs, des moutons, des indifférents et d’éternels optimistes, puisque les changements de cap ne peuvent être acquis qu’avec l’assentiment  de ceux qui trouvent leurs intérêts dans un statu quo bétonné !

 
Le pouvoir de décisions est accaparé et concentré, à tous les niveaux, communal, régional, fédéral et européen, grâce aux votes à main levée et à la sacro sainte discipline de parti, dans toutes les enceintes de décisions, tant publiques qu'au sein même des formations politiques. (Voir la
PHOTO extraite d’un site U.E. disparu, et surtout sa légende qui confirme la servitude des élus)


Aucun revirement n’est possible tant que le citoyen, l'élu ou un nouveau parti motivé par un vrai changement, seront réputés de prime abord, extrémistes, populistes, poujadistes, par de trop nombreux politiciens et autres ploutocrates, soudés au delà des frontières, privilégiés, soi-disant éclairés, dotés à la fois des dons d’ubiquité et d'infaillibilité. (Voir le volumineux site CUMULEO)


Une autre philosophie, soit  faire confiance aux hommes plutôt qu’aux partis, qui ne coûte rien, n'est totalement utopique que parce que la nomenklatura en place s'oppose, à une révision de la Constitution belge et à la rédaction d’une Constitution européenne, enfin acceptées directement par les citoyens parce qu’elles ne leur seraient plus hostiles.
 

L'origine des dettes abyssales des états est, depuis plus de 40 ans, le renoncement à l'orthodoxie monétaire d’antan, avec l’abandon de l'étalon monnaie / or et toutes les dérives qu’il a pu autoriser au fil du temps, sans qu’un seul vrai homme d’Etat, un seul magistrat, fussent-ils au sommet de leur carrière, n’osent tenter de mettre fin aux gabegies, dès lors que toute initiative pour infléchir les systèmes en place serait sanctionnée comme une rébellion susceptible de rogner la pension dorée promise.


Commissions UE, ministères, commissaires, cabinets ministériels publics et privés, institutions publiques, conseils d’administration, conseils de direction, toujours en surnombre, ambitions mégalomaniaques et train de vie débridé de tant de leaders politiques, inefficacité et irresponsabilité de pouvoirs redondants aux contours volontairement mal définis, avantages extra légaux auto octroyés, sélection en fonction de l’appartenance politique et/ou sectaire, lobbying omniprésent, vente des bijoux de famille, couverture de déficits scandaleux d'états et de banques, telles sont des conséquences funestes prévisibles de l’abandon de la rigoureuse et regrettée déontologie budgétaire d’hier.  


Sur le terrain, au plus près des gens, des magistrats, des policiers, des pompiers, des enseignants, des employés, démotivés, fonctionnent en surchauffe, et protègent leur santé en copiant leur assiduité sur celle de la plupart des parlementaires, accentuant ainsi la charge de travail des plus courageux.


Après des crises industrielles, immobilières, bancaires, après la manipulation par des spéculateurs et autres initiés de bilans de sociétés, de cours des bourses et des matières premières, du taux Libor, c'est LA CONFIANCE DANS L’AVENIR QUI FAIT NATURELLEMENT DEFAUT, notamment aux investisseurs créateurs d’emplois.


Pendant combien de temps encore, va-t-on pouvoir dissimuler à notre jeunesse, la spoliation de droits fondamentaux dont elle est et restera une victime expiatoire pendant des décennies, dans tant de domaines qui conditionnent une existence sereine et des attentes légitimes?

 

Gare au réveil de conflits latents, d'autant plus virulents qu'ils seront tardifs, au sein des familles de plus en plus recomposées et encombrées, quand la force physique change de génération !


Gare aux trop nombreux insatisfaits de la société lorsqu'ils seront persuadés que leur sort est scellé, qu’ils ont été sacrifiés au temple d’un capitalisme travesti selon l’endroit, qu'ils n'ont plus rien à perdre, ni rien à "recevoir" sauf dans les rues et leurs boutiques, ou … dans les dépôts d’armes  !

 

SOS

D E M O C R A T I E ....